Vers une dépénalisation des drogues dures…

DROGUE DURE DROGUE DOUCE 1er PAS VERS LA DEPENALISATION ?

LeJC perplexe : « un rapport suggère de supprimer les sanctions pénales pour tout consommateur de drogue douce ou dure, contre une simple amende allant de 150 à 200€. Déjà en 2015, un décret d’application se rapprochait de cette idée en concédant la possibilité aux officiers de police judiciaire de faire payer une amende plutôt que de déclencher la lourde machine judiciaire pour tout consommateur de cannabis. Et l’on parlait dès lors de vouloir désengorger les tribunaux. Quand est-il aujourd’hui des conséquences de ce décret ? Pas grand-chose si ce n’est, peut-être, l’augmentation du nombre des consommateurs de cannabis (en particuliers, selon les dernières enquêtes, chez les jeunes et les femmes).
 
 
 

 

 
 
 
 
 

De la crainte de l’amende…

 
Le fait de faire payer une simple amende à un consommateur de drogue, sans distinction de drogue douce ou dure, permettrait-il de réduire de façon drastique la consommation ? Non, il y a peu de chance, car quoi, la crainte de l’amende est sans nul doute moins « angoissante » que la vision d’une peine de prison pour bon nombre de consommateur potentiel. Qui n’a jamais envisager de frauder en prenant les transports en commun en caressant le secret espoir qu’il n’y aura pas de contrôle. LeJC se souvient qu’il y a quelques années, statistiquement, il était plus rentable de prendre le métro ou le train (TER) sans s’acquitté de son titre de transport que de payer une amende.

Quelle est la véritable cible

 
Une « guerre » sans fin est faite contre les fumeurs, à côté de cela, tout est fait pour que la consommation de drogue entre dans la banalité. Bientôt nous verrons que cette consommation sera qualifiée de moins grave que la consommation de tabac. Attention, LeJC ne dit pas que le tabac c’est mieux que la drogue, c’est aussi de la « merde ».

Banalisation Moralisation

Banaliser la consommation de drogue dure alors que l’on nous « fait subir du matraquage » chaque jour en nous culpabilisant de manger trop gras, trop salé, trop sucré, n’est-ce pas là le paradoxe de notre époque. Les priorités de nos élus sont parfois saisissantes d’incohérence, d’un côté on tente de moraliser le citoyen en l’encourageant à dénoncer ses pairs lorsque, par exemple, ils fument dans un lieu interdit ou qu’ils sont mal garés ou qu’une femme porte le voile dans une lieu public, de l’autre on « banalise » la consommation de drogue dure qui est la cause chaque année de milliers de mort, d’enfants sombrant dans la folie.

Persévérons dans le délire

Mais suivons cette « logique », donnons une simple amende pour qui conduit sans permis. (Ah mais non, c’est déjà le cas dans le cadre du décret de 2015) donc tu roules sans permis, tu te prends une simple amende et dès que tu as réglé ton amende, tu reprends le volant en espérant ne pas te faire reprendre. Il en sera de même avec les drogues dures, tu prends de la cocaïne ou de l’héroïne, pas grave si tu te fais « gauler » ça te coutera que 150 ou200 € peu importe les conséquences de cette consommation sur ta santé, ta vie et celle de ton entourage et les dégâts que cela occasionne, sans parler de tous ces dealers qui sauront bénir l’argument de la dépénalisation pour te vendre leur « merde ».